Partager la page

Suivez-nous :

Ma première coccinelle

Adaptation d’un jouet radio commandé à deux fonctions

Print Friendly, PDF & Email

Partager sur les réseaux

Le choix d’un jouet radio commandé destiné à un jeune enfant dépend à la fois de l’ergonomie de sa télécommande, que l’on choisira simplifiée et composée de larges boutons, mais également de son mode de fonctionnement, c’est à dire les fonctions correspondantes aux boutons, tout en évitant les jouets qui se déplacent trop vite.  « Ma première coccinelle radio commandée », proposée par BB junior et disponible auprès de nombreuses enseignes, réunit ces critères. Après une courte description du jouet, nous verrons comment adapter le jouet pour le rendre accessible par deux contacteurs externes.

Référence Ma première Coccinelle Volkswagen radiocommandée
Fabricant www.bbjunior.com
Distributeurs Disponible auprès de nombreuses enseignes du jouet
Prix 29,80 € (environ)

Descriptif

« Ma première coccinelle », jouet BBJunior, disponible en deux versions (rose et bleu)

Le jouet radio commandé

Disponible en deux versions (rose et bleu), le véhicule (dimensions 210 x 112 x 85 mm) se déplace à vitesse lente et contourne les obstacles qu’il rencontre grâce à 4 capteurs frontaux et latéraux. Des feux s’allument en marche avant et arrière.
Alimentation : 3 piles AAA, 1,5 volts (non fournies). Interrupteur situé en dessous du jouet.

La télécommande

La télécommande se compose de deux larges boutons contrôlant les déplacements en avant et arrière accompagnés de sons, klaxon, musiques et bruits du moteur.
Diamètre 9 cm.
Portée : 3 mètres.
Alimentation : 2 piles AAA, 1, 5 volts (fournies).

Adaptation

Adaptation

L’adaptation décrite ci-dessous, a pour objectif d’équiper la télécommande de deux connecteurs jack femelles, câblés en parallèle au niveau des contacts du circuit imprimé, afin de piloter le jouet à partir de deux contacteurs externes. Avertissement : cette réalisation nécessite une modification du jouet et entraîne par conséquent une perte de garantie. Ce travail nécessite quelques connaissances en soudure et câblage, et sera à confier à une personne compétente et outillée.

Matériaux et matériels

Matériaux : 2 connecteurs jack femelle mono 3,5 mm, fil de câblage souple et fil de câblage de type HP, deux serre-câbles.
Matériels : tournevis cruciforme, pince coupante, pince à dénuder, pince à becs plats, fer à souder à panne fine, étain.

Démontage de la télécommande

  • Ôter les piles.
  • Ouvrir le boîtier en retirant les 5 vis cruciformes situées à l’arrière, dont une située dans le compartiment de piles.
  • Ôter les deux vis cruciformes maintenant le circuit imprimé et le dégager délicatement de son logement en tractant avec douceur les deux borniers insérés dans le compartiment de piles.
  • Retirer les deux capuchons en caoutchouc recouvrant les deux touches de contact.

Repérer les contacts

Les boutons de la télécommande ont pour effet d’établir un contact entre la partie inférieure des touches en caoutchouc recouverte d’un matériau conducteur appelé graphite, et les pistes qui s’entrecroisent sur le circuit imprimé. Les soudures ne seront pas réalisées à ce niveau pour deux raisons : premièrement car celles-ci sont trop rapprochées pour résister à l’approche d’un fer à souder, mais également pour conserver le bon fonctionnement de ces touches après remontage. La technique consiste donc à suivre ces pistes, pour repérer où déposer au plus près une goutte d’étain pour y souder les câbles destinés aux connecteurs jacks.
Nous concédons qu’il faille avoir de bons yeux ou s’aider d’une loupe, mais la photo ci-contre, zoomée, facilitera la tâche.

Circuit imprimé vue générale

Bouton inférieur

Ils correspondent à la marche arrière.

  • La piste inférieure, en jaune sur le schéma, est en continuité avec la zone A, où le cuivre se trouve à l’état nu.
  • La piste supérieure, ne rencontre pas de zone où le cuivre est à l’état nu. Il conviendra donc au plus proche de la piste, de gratter délicatement le vernis au niveau du point B pour faire apparaître le cuivre.

Les soudures seront donc à réaliser aux points A et B.

Emplacement des soudures au plus près des contacts d’origine

Bouton supérieur

Ils correspondent à la marche avant. On procédera de la même façon pour localiser l’emplacement des contacts C et D.

Conseils pour les soudures

Déposer une goutte d’étain aux points A, B, C et D en approchant verticalement la pointe du fer à souder. (utiliser un fer à souder à panne fine). L’intérieur du boîtier n’offrant pas la place suffisante pour la pose de connecteurs jacks châssis, nous optons pour une sortie de câbles vers deux connecteurs jack femelle.

Câblage interne

Quatre câbles de faible section, longueur 5 à 6 cm, seront soudés aux points A, B, C et D en réalisant des soudures courtes et propres. Ces câbles de faible section auront pour objectif de faciliter le remontage du boîtier : nous les prolongeons par deux câbles de plus forte section (de type HP), dont les extrémités seront soudées sur deux connecteurs jack femelle 3,5 mm mono après sortie du boîtier.
Le trou de perçage au niveau du boîtier a été réalisé en fondant le plastique à l’aide de la pointe du fer à souder. Deux serre-câbles sont placés avant la sortie du câble afin d’éviter les tractions sur les soudures. (cf photo ci-dessous).

Repositionner les capuchons interrupteurs

Les capuchons devront être positionnés à leur emplacement, puis tractés en les attrapant avec une pince à bec plat depuis la face inférieure du circuit imprimé, afin qu’ils reprennent correctement leur place. (Ne pas chercher à les enfoncer en force). Reste ensuite à repositionner le circuit imprimé, les borniers de piles, et refermer le boîtier après une ultime vérification (boutons d’origine et contacteurs).

Branchement de deux contacteurs en parallèle aux boutons d’origine

 

Conclusion

Bien que nécessitant le recours à un bricoleur expérimenté et outillé, la réalisation requiert plus de minutie que de connaissances techniques. Réalisée avec précision, l’adaptation permet de conserver l’utilisation des commandes d’origine, tout en autorisant le contrôle du jouet à partir de contacteurs choisis en fonction des besoins de l’enfant.

Vue interne du câblage : fil souple (marron) soudé aux points A, B, C, D, prolongés par un câble de plus forte section en vue de la sortie du boîtier plus serre-câbles
remonter en haut de page