Suivez-nous :

Catégories
Uncategorized

Webinaire SPN

L’Accessibilité numérique : obligation légale VS Opportunité

En mai dernier, le TechLab et APF Conseil sont intervenus auprès du SPN (réSeau des Professionnels du Numériques). L’occasion

d’évoquer au travers d’un webinaire, la thématique de l’accessibilité numérique et de la conception universelle sous un angle autre que celui de l’obligation légale en ouvrant la question des opportunités générées par l’intégration des enjeux du handicap à l’innovation et au numérique.

Les intervenants, Julie Berger (Chargée d’innovation APF Conseil), Cécile Delille (Responsable du Pôle Conseil aux entreprises d’APF Conseil de 2020 à 2022), Sébastien Vermandel (Responsable Veille et conseil au TechLab), Camille Chevroton (Chef de projet innovation au TechLab), et Damien Fargeout (Consultant accessibilité auprès d’APF Conseil) ont successivement animé les différents temps du Webinaire :

Nous vous en faisons un résumé :

Le numérique, un outil pour tous

Le numérique est un outil qui offre un éventail d’utilisations multiples s’inscrivant dans le quotidien du plus grand nombre. L’accessibilité numérique est donc un vecteur d’inclusion majeur. La notion d’accessibilité est le plus souvent évoquée pour parler du handicap mais peut être élargie aux questions du vieillissement et du maintien de l’autonomie. Par ailleurs, un outil numérique accessible est plus ergonomique, plus intuitif, il apporte un confort d’usage pour tous.

Innover par le handicap

S’intéresser aux difficultés rencontrées par les personnes en situation de handicap et à leurs retours utilisateurs est une façon de mettre en lumière des freins à l’utilisation d’une solution qui peuvent être rencontrés par tous avec plus ou moins d’intensité. Ces freins sont les leviers d’innovation sur lesquels les concepteurs peuvent s’appuyer pour proposer des produits toujours plus inclusifs.

Cela s’est vérifié à plusieurs reprises dans l’histoire, de nombreuses innovations à l’origine conçues pour compenser une difficulté liée à une situation de handicap ont finalement révolutionné nos usages. Ainsi, nous pouvons citer l’exemple de la télécommande qui a été imaginé pour permettre aux blessés de guerre américains de changer les chaînes de leur téléviseur sans se déplacer. Nous noterons le travail conjoint de Ray Kurzweil et Stevie Wonder qui donnera naissance au clavier synthétiseur et par la même à un nouveau genre musical. La liste est longue, l’encodage de l’information via des cartes perforées (principe qui donnera plus tard IBM), sms, mail, livre audio…

La conception universelle appliquée à la co-conception

Au-delà du respect de la réglementation en rigueur, intégrer dans son processus de conception les démarches de co-conception avec les personnes en situation de handicap permet d’intégrer les enjeux d’accessibilité mais aussi de confort d’usage bien en amont de la mise sur le marché d’une solution. Cela évite l’ajout tardif d’alternatives ou de compensations qui n’auraient pas été à la base conçues en prenant en compte les besoins de certains usagers.

Penser une utilisation de A à Z

La qualité d’usage d’une application ou d’une solution numérique ne se joue pas qu’au moment de son utilisation. Il est essentiel de penser également aux phases qui précèdent et qui suivent l’utilisation d’un service numérique. Par exemple, se demander :

  • Comment peut-on télécharger l’application, où la retrouve-t-on, comment est-elle présentée ?
  • Une fois téléchargée, est-elle facilement identifiable dans le smartphone ?
  • La navigation et l’utilisation de l’application sont-elles aisées ?
  • Le service proposé est-il utile aux personnes, s’inscrit-il dans leur quotidien ?
  • Ne pas négliger la phase de réception d’email de confirmation ou de notifications

Une chaîne d’usage qui ne serait que partiellement travaillée reviendrait à concevoir à un logement adapté mais au 5ème étage d’un immeuble sans ascenseur.

Équipements et alternatives

Tous les usagers n’utilisent pas un smartphone, certains sont plus à l’aise avec une tablette ou un ordinateur. Rappelons également que les usagers n’ont pas tous des téléphones dernier cri.

Deux points d’attention peuvent être notés :

  • La solution développée doit s’adapter aux appareils des usagers (ordinateur, tablette, smartphone, aides techniques…)
  • La solution doit s’adapter aux différents systèmes d’exploitation et à leurs versions antérieures.

Lorsque l’on parle d’accès au numérique, bien sûr, des enjeux forts se distinguent autour de la notion d’interface. Il ne faut cependant pas oublier que certaines solutions numériques ou applications peuvent demander une gestuelle particulière, par exemple, le fait de se prendre en photo ou de poser un casque de réalité virtuelle sur sa tête. Ce sont des actions qui peuvent être difficiles à réaliser pour des personnes présentant un trouble moteur des membres supérieurs par exemple.

Simplification des interfaces, fausse bonne idée…

Solution accessible ne veut pas nécessairement dire interface « ultra » simplifiée. Certains produits numériques à destination des personnes âgées, par exemple, une tablette avec une interface numérique spécifique, génèrent des difficultés d’usages à plusieurs niveaux :

  • Les options sont difficiles d’accès, la simplification a pour conséquence des boutons « paramètre » qui ne sont plus mis en avant. Les personnes ne peuvent plus gérer leurs préférences.
  • Les potentiels aidants se sentent perdus car l’interface ne reprend pas les codes qu’ils connaissent.

Il convient donc de faire attention à la simplification qui amène à la suppression d’éléments et de plutôt viser la conception de solutions intuitives.

L’enregistrement du Webinaire est à retrouver ici : https://youtu.be/oQexwSmrtMI

Catégories
Co-conception

Un bourgeonnement d’idées à Bourges

Faire remonter les besoins des jeunes en situation de handicap

Le TechLab accompagne des projets innovants dans le domaine du handicap.

Un exercice de réflexion autour des difficultés rencontrées dans leur quotidien. Les participants ont dû également se poser la question de pourquoi on en arrive à cette situation.

Le TechLab proposait 4 thématiques l’offre médico-sociale, les aides à la communication, le numérique et la mobilité.

Afin d’aider un peu les participants le Techlab donnait un premier exemple avec le numérique :

Difficulté de départ :  J’ai des difficultés d’accès au numérique

Pourquoi ? Le matériel n’est pas adapté

Pourquoi ? Le matériel spécifique est trop cher et ainsi de suite

L’objectif de cet exercice était de faire remonter le plus de besoin possible afin de les soumettre à des étudiants et qu’ils puissent réfléchir à des solutions.

Des idées plein la tête

Cela a été également l’occasion d’échanger sur des solutions innovantes existantes et de proposer des solutions ou début de solutions inédites.

Le thème de la mobilité remporte un franc succès auprès des participants de belles propositions autour  de fauteuils innovants ou encore pour faire la fête grâce à la réalité virtuelle.

Un des participants souhaite avoir une boîte de nuit en extérieur comme dans le clip de la  » C’est la fête au village » des Musclés.

Un autre rêve d’une voiture avec un système automatique  comme dans la série  « K2000″.

Les échanges ne se sont pas limités aux thématiques proposés par le TechLab d’autres problématiques ont été énoncé et d’autres idées sont venues se greffer à l’arbre des « pourquoi ».

Un immense merci à tous les visiteurs du stand TechLab du simple curieux aux contributeurs du bourgeonnement de nos jolis arbres.

Vos retours et expertise d’usage sont très précieux et contribuent grandement à la vision de conception universelle que le TechLab souhaite partager.

Au plaisir de vous recroiser …

Le TechLab espère vous recroiser à l’occasion de ses Ateliers Innovation dans vos régions.

Vous développez un projet innovant autour du handicap ? N’hésitez à nous contacter via notre formulaire.

Pour ma part les Rencontres Jeunesse ont été très enrichissantes et l’occasion de rencontrer les merveilleux Agit’acteurs et Agit’actrices de notre bel hexagone.

Rendez-vous l’année prochaine pour la 4ème édition des Rencontres Jeunesse !

Catégories
Co-conception Expertise d'usage Ressources Vie du service

Design inclusif : Includeo, du guide au produit

Une démarche de design inclusif

Le design inclusif permet de créer des services ou des produits adaptés à tous et utilisables par tous, sans être stigmatisants. Le TechLab AURA* a tout d’abord travaillé ces principes en partenariat avec le groupe SEB lors de la réalisation du Good Design Playbook. Le groupe SEB a pu s’appuyer sur les données récoltées lors de la réalisation du guide pour créer la gamme Includeo.

Le TechLab AURA a fait tester l’accessibilité de la gamme aux structures APF France handicap de la région ainsi qu’à des testeurs en situation de handicap.  Une synthèse est disponible en suivant ce lien.

Les produits de la gamme Includeo intègrent plusieurs des bonnes pratiques du Good Design Playbook. La police est par exemple suffisamment grande pour être lisible, tandis que les couleurs pour facilitent la compréhension. La gamme Includeo peut donc encore s’améliorer dans le futur. Néanmoins, elle peut d’ores et déjà être considéré comme inclusive.

Une collaboration inspirante

Après Includeo, la collaboration autour du design inclusif se poursuit avec le groupe SEB avec qui nous avons réalisé des tests produit notamment sur les robots de cuisine, les mixeurs et râpes mais aussi avec le groupe Atlantic qui a fait appel en 2021 à APF Conseil et au TechLab pour sensibiliser ses collaborateurs au handicap par des ateliers de mises en situation, ainsi que pour améliorer les interfaces de ses produits.

Le Good Design Playbook continue à inspirer d’autres entreprises sur le design inclusif et, tout comme ce guide, on peut espérer que la gamme Includeo devienne la première gamme inclusive d’une longue série.

J’accède aux guides de conception universelle

*En Auvergne Rhône Alpes, le TechLab a sa représentation à travers l’activité Design inclusif d’APF Conseil

remonter en haut de page