Suivez-nous :

Catégories
Jeux vidéo

Super Sofia, un jeu où l’héroïne est en fauteuil !

Le jeu est développé par le studio indépendant Mash & Co.
[su_image_carousel source= »media: 12244,12243,12242,12241″ controls_style= »light » crop= »none » align= »center » max_width= »125% » captions= »yes » link= »image » autoplay= »3″ speed= »slow » image_size= »full »]

Ce jeu a attiré notre attention car Sofia, l’héroïne, se déplace en fauteuil roulant. Et ce n’est pas juste pour la forme ! D’après la vidéo teasing déjà disponible, les déplacements de Sofia contribuent à la mécanique du jeu lui-même, le fauteuil devient hélicoptère ou sous-marin en fonction de l’environnement dans lequel évoluent les personnages.

Bref, au TechLab, on est curieux de voir la version définitive… En attendant, comme le jeu est en finale d’un concours, soutenez-le en votant pour eux grâce au lien Kissbankers Game Cup 3

 
Catégories
Co-conception Mobilité Vie du service

Une journée Innovation dans un établissement APF France handicap

L’ESEAN, établissement APF France handicap de soins pour enfants et adolescents basé à Nantes, est investi depuis longtemps dans l’innovation dans le domaine de la réadaptation. Invité, le TechLab a participé à cette rencontre sur le thème de la mobilité et de la posture.

Le Dr Guy Letellier et son équipe travaillent régulièrement avec des start-ups pour tester et co-concevoir leurs solutions. L’établissement a ainsi participé à plusieurs études cliniques permettant de valider l’intérêt des solutions. Le 9 juin, plusieurs startups françaises et canadiennes sont venues présenter leur solution et le travail réalisé avec l’ESEAN et ses usagers :

  • Happy 2 Go développe un harnais de marche.
  • Ora Medical a conçu Homy II®, un déambulateur et soutien intelligent connecté.
  • Orthopus développe un exosquelette membres supérieurs.
  • Satisform a presenté DPAmed ®, une table de traction dynamique.
  • Turtlebrace© conçoit un procédé innovant pour réaliser des orthèses de posture.
  • Wandercraft est venu avec son exosquelette de rééducation à la marche.

Une belle journée dans cet établissement APF France handicap sous le signe de l’innovation !

Catégories
Aides techniques Communication Alternative et Améliorée (CAA) Service de prêt Vie du service

Lieux ressources pour la CAA : le TechLab sélectionné par la CNSA

Le TechLab, lauréat de l’appel à projet AACTA

En février 2022, la Caisse Nationale de Solidarité pour l’Autonomie (CNSA) lançait un appel à projet pour l’expérimentation de six lieux ressources en aides techniques à la communication alternative et améliorée (CAA). Le TechLab APF France handicap est l’un des six lieux retenus.

Du matériel adapté et des conseils

Au TechLab, nous considérons que la communication alternative et améliorée est un levier pour renforcer le pouvoir d’agir des personnes. Depuis 1996, ce service de l’association APF France handicap propose une expertise, notamment sur les aides à la communication.

Le service de prêt de matériel permet à tous d’accéder à du matériel récent, sans avoir à investir, pour réaliser des essais et être guidé. Le TechLab propose en effet des kits comparatifs de différentes solutions disponibles sur le marché. La CNSA souhaite encourager le développement des aides techniques pour une communication alternative et améliorée. Ainsi, grâce à ce projet, le TechLab va pouvoir acquérir – et prêter – davantage de matériel adapté. Dans un premier temps, nous allons étoffer l’offre de « produits d’assistance à la communication en face à face ». Un des objectif est également de permettre aux aidants et aux professionnels de comparer sur la même base technique différents logiciels de communication disponibles sur PC et iPad.

Les nouvelles technologies et les aides à la communication sont en perpétuelle évolution. C’est pourquoi les professionnels du TechLab conseillent à distance – par téléphone, e-mail ou visio – ou à domicile. Nous intervenons ainsi afin d’aider les personnes à identifier les meilleures solutions, dans une démarche pluridisciplinaire, en appui des équipes en place.

En complément, une newsletter bimestrielle, des fiches techniques et webinaires permettent de rester connecté à l’actualité de l’innovation.

Le TechLab et deux de ses partenaires historiques

Notre service collabore depuis plusieurs années de nombreux établissements et services, en France et en Europe. En particulier, la CNSA soutient également les projets du Centre Mutualiste de Kerpape et celui de l’équipe de la Plateforme Nouvelles Technologies de Garches.

3 équipes expertes de la communication alternative améliorée

L’équipe relais handicaps rares de la région Auvergne-Rhône-Alpes des PEP 69, le CESAP (Comité d’études, d’éducation et de soins auprès des personnes polyhandicapées) de Seine-et-Marne en région Île-de-France, ainsi que la Fondation OPTEO, en lien avec l’équipe relais handicaps rares Midi-Pyrénées et du réseau « Roseau », en région Occitanie, portent les trois autres projets.

Départements d'implantation des 6 lieux ressources soutenus par la CNSA

Plus d’informations

Lire le communiqué de la CNSA : « Communication alternative et améliorée : 6 lieux ressources pour dépasser les troubles complexes de communication« 

Catégories
Co-conception Expertise d'usage Loisirs Uncategorized

Entre ici et ailleurs

Dans les Pas d’Alexandre

Passionné de voyages et de randonnées c’est en discutant avec son grand-père qu’Alexandre a l’idée de partager ses aventures dans les établissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes (Ehpad).

A l’aide de casques de réalité virtuelle et d’un écran, Alexandre permet à de nombreux résidents d’entrer en immersion dans ses voyages en 360° comme s’ils y étaient.

Un Atelier Innovation comme une invitation au voyage

Le 22 juin dernier, le TechLab accompagnait la start-up Dans les Pas d’Alexandre dans sa démarche de co-conception au sein du Foyer d’Accueil Médicalisé (FAM) Terro Flourido à Avignon.

Une démarche visant à tester l’animation d’Alexandre dans un établissement médico-social et de trouver les potentiels liens à faire dans le futur avec la startup et l’établissement d’accueil.

Une première pour Alexandre habitué à proposer son animation aux Ehpad. Une expérience nouvelle également pour une grande majorité des résidents.

Certains résidents, plus réticents que d’autres, ont finalement franchi le pas pour leur plus grand plaisir.

Une immersion réussie qui, dès la pose du casque de réalité virtuelle, a su transporter les résidents hors du FAM.

Certains résidents attendant leur tour étaient fortement surpris par le silence de leurs camarades et leur concentration.

« Ah ça y est ! On ne les entend plus, ils sont partis »

Nous avons eu droit à des petits commentaires à voix haute pendant et après ce voyage virtuel : « Ooooh je vole, je vole », « Je suis à Venise sur la gondole et y a un gars qui porte un masque bizarre à côté de moi », « Quelqu’un me fait coucou ! » et à la fin de l’expérience avec le casque « Le retour à la réalité, ça fait mal, j’étais bien là-bas »

Une expérience positive en toute sécurité et estimée trop courte à l’unanimité

Après un atterrissage plus ou moins en douceur, les résidents ont pu s’exprimer sur ce qu’ils venaient de voir mais pas que…

Les discussions ont permis d’échanger sur les lieux déjà visités. Cela a aussi permis d’évoquer des anecdotes de voyages, les destinations rêvées et les raisons du choix de ces dernières.

Les résidents du FAM souhaitent renouveler l’expérience.

Un temps également consacré à ce que pourrait ressembler les futures interventions d’Alexandre.

De belles propositions des résidents et de l’équipe du FAM, du voyage en poney à la plongée, en passant par des activités artistiques.

De nombreux ponts et liens à créer avec la startup dans les différentes activités organisées pour les résidents. Un projet notamment autour de la danse. Les résidents du FAM, en lien avec l’Opéra d’Avignon, participent depuis quelques années au Gala de danse. Alexandre pourrait réaliser un reportage immersif autour du prochain spectacle. L’objectif : suivre les résidents dans les temps forts (répétitions, coulisses) jusqu’au lever de rideau.  

Il ne reste plus qu’à souhaiter bon vent à Alexandre.  Bonne chance à lui dans ses nouvelles aventures avec Terra Flourido et en dehors !

Si vous souhaitez  vous aussi faire une démarche avec et pour des personnes en situation de handicap c’est par ici.

Catégories
Accès à l’ordinateur Aides techniques Bureautique Dyslexie Dyspraxie Insertion Professionnelle

Facil’Ordys, une application ludique pour apprendre à taper au clavier

Développée conjointement par une ergothérapeute et un créateur de jeux vidéo, Facil’Ordys® est une application ludique pour apprendre la frappe au clavier. En effet, l’application a été pensée pour répondre aux besoins de jeunes présentant des troubles des apprentissages ou d’autres difficultés comme la dyslexie, dyspraxie, déficience visuelle, l’autisme, les troubles déficitaires de l’attention…

La méthode Facil’Ordys

L’application réunit ainsi un panel de plusieurs jeux de difficultés croissantes : lettres flash, pluie de lettres, mots flash, répétition de mots, et un module d’évaluation.

Facil’Ordys : Lettres Flash, tape le plus vite possible sur la lettre qui apparaît sur le flocon de neige au centre de l'écran ! Facil’Ordys Pluie de lettres : Tape le plus vite possible la lettre qui apparaît dans chaque flocon de neige avant qu'il ne touche le sol ! Facil’Ordys, Mots Flash : tape le plus vite possible le mot qui apparit au centre de l'écran

Côté paramétrage, l’application propose pour chacun des modules :
– d’ajuster finement tous les paramètres des mini-jeux (taille et couleurs des lettres, vitesse de jeu, conditions de fin de partie, sons (vocalisation des lettres, mots…),
– un module “Évaluation” qui permet de mesurer l’évolution et les progrès du joueur,
– des conseils de paramétrage selon le niveau du joueur.

Apprendre à saisir avec cinq doigts grâce à Facil’Ordys

Christel Ortis, ergothérapeute auteure de la méthode, est également passionnée d’informatique et elle même dyslexique et dyspraxique. Sur son site, elle explique pourquoi, de son point de vue, il est contre-productif d’apprendre aux enfants/adolescents atteints de troubles des apprentissages à taper avec dix doigts.
L’auteur argumente, conseille et constate que la frappe au clavier mobilise le plus souvent préférentiellement les doigts I, II et III (pouce/index/majeur) de la main dominante. Par conséquent, les doigts II et III (index/majeur) de la main non-dominante pourraient également être utilisés pour plus d’efficacité. Soit cinq doigts au maximum !
https://www.christelortis-ergotherapeute.com/facil-ordys 

Outils complémentaires d’apprentissage

Des outils complémentaires sont également en cours de développement. Il s’agir par exemple de stickers de clavier, plateau d’apprentissage, boîte de jeu, etc.
Déjà disponibles, les stickers de clavier permettent au jeune en apprentissage de faire plus rapidement la correspondance entre la lettre affichée à l’écran et sa localisation sur le clavier en fonction de sa couleur (vert, bleu et rouge).

Prix : 10 €

Distribution

Facil’Ordys© est disponible pour Windows, Chromebook, MacOS, iOS et Android.
Prix :
– Version famille : licence mono poste, 2 profils à 29,90 €.
– Version pro : destinée aux professionnels, profils illimités à 49,90 €.
Site web : http://www.facilordys.com
Facebook : https://www.facebook.com/Facilordys/
Également distribué par Kardi : https://kardi.fr/produit/facilordys-logiciel-daide-a-la-frappe-au-clavier-licence-famille/

Vidéo

Ci-dessous, présentation des différents jeux d’apprentissage. Une seconde vidéo sur le paramétrage des différents modules est consultable iCi.

Catégories
Applications Android Applications iOS Communication Alternative et Améliorée (CAA) Pictogrammes

Les vacances au pays de la CAA

Vacances et CAA, pourquoi pas ! Les évènements personnels plaisants sont source d’appétence à la communication. En effet, quoi de plus plaisant que des vacances à venir ? Les utilisateurs de communication alternative et améliorée pourront s’emparer des pictogrammes Arasaac sur le thème des vacances à partir du portail Arasaac, dans des application comme « Click AAC » ou en format papier. L’application « Tab’Lucioles » permettra de communiquer sur ses photos de vacances en créant un cahier de vie numérique. Pour se familiariser avec les signes de la LSF sur le lexique des vacances, « Comment ça se signe LSF » propose une affiche. Découvrez ces 3 solutions qui feront rimer vacances avec CAA.

L’été avec Arasaac

Sur le portail Arasaac, la recherche de pictogrammes à partir du mot clé « vacances », en affiche 8. Avec le mot « plage », 10 seront trouvés. Néanmoins, le mot anglais « beach » en donne 55. De manière similaire, « montagne » en donne 8 quand « mountain » en donne 39.

pictogrammes de la célèbre application de CAA correspondant à "plage : parasol, écume, bouée, transat, casquette, château de sable, galet, crème solaire, etc.

pictogrammes de la célèbre application de CAA correspondant à "montagne" : corde, tentes et feu de bois, réchaud, randonneur, jumelles, boussole, piolet, etc.

Des vacances en photos

Nous avons déjà évoqué  « Click AAC », application canadienne en téléchargement libre sur Androïd ou iOS. Cette application permet de convertir instantanément des photos en grilles et phrases en pictogrammes Arasaac. Génial à utiliser avec des photos de vacances !

Un plage avec des gens et un bâteau, et pictogramme CAA associés

Pour communiquer sur les photos de vacances, avec des voix enregistrées, la possibilité d’ajouter des musiques, du texte…, pensez à utiliser l’application « Tab’Lucioles » en téléchargement libre sur Android ou iOS. Des cahiers de vie numériques pourront  être créés grâce à cette application.

Un front de mer bondé sous un temps ensoleillé

Des vacances sous le signe du soleil

« Comment ça se signe LSF » met à disposition une affiche illustrant 15 signes permettant aux personnes sourdes de communiquer sur les vacances. Ainsi, l’interlocuteur pourra comprendre et utiliser ces signes.

À côté de chaque dessin, on retrouve un QR code qui renvoie vers une vidéo permettant une visualisation du signe animé.

les vancances en langue des signes française

Liens utiles

pouce levé et pictogramme vacances : Aurélie et le TechLab vous souhaitent de bonnes vacances !

(message réalisé avec Pictofacile)

Catégories
Uncategorized

Webinaire SPN

L’Accessibilité numérique : obligation légale VS Opportunité

En mai dernier, le TechLab et APF Conseil sont intervenus auprès du SPN (réSeau des Professionnels du Numériques). L’occasion

d’évoquer au travers d’un webinaire, la thématique de l’accessibilité numérique et de la conception universelle sous un angle autre que celui de l’obligation légale en ouvrant la question des opportunités générées par l’intégration des enjeux du handicap à l’innovation et au numérique.

Les intervenants, Julie Berger (Chargée d’innovation APF Conseil), Cécile Delille (Responsable du Pôle Conseil aux entreprises d’APF Conseil de 2020 à 2022), Sébastien Vermandel (Responsable Veille et conseil au TechLab), Camille Chevroton (Chef de projet innovation au TechLab), et Damien Fargeout (Consultant accessibilité auprès d’APF Conseil) ont successivement animé les différents temps du Webinaire :

Nous vous en faisons un résumé :

Le numérique, un outil pour tous

Le numérique est un outil qui offre un éventail d’utilisations multiples s’inscrivant dans le quotidien du plus grand nombre. L’accessibilité numérique est donc un vecteur d’inclusion majeur. La notion d’accessibilité est le plus souvent évoquée pour parler du handicap mais peut être élargie aux questions du vieillissement et du maintien de l’autonomie. Par ailleurs, un outil numérique accessible est plus ergonomique, plus intuitif, il apporte un confort d’usage pour tous.

Innover par le handicap

S’intéresser aux difficultés rencontrées par les personnes en situation de handicap et à leurs retours utilisateurs est une façon de mettre en lumière des freins à l’utilisation d’une solution qui peuvent être rencontrés par tous avec plus ou moins d’intensité. Ces freins sont les leviers d’innovation sur lesquels les concepteurs peuvent s’appuyer pour proposer des produits toujours plus inclusifs.

Cela s’est vérifié à plusieurs reprises dans l’histoire, de nombreuses innovations à l’origine conçues pour compenser une difficulté liée à une situation de handicap ont finalement révolutionné nos usages. Ainsi, nous pouvons citer l’exemple de la télécommande qui a été imaginé pour permettre aux blessés de guerre américains de changer les chaînes de leur téléviseur sans se déplacer. Nous noterons le travail conjoint de Ray Kurzweil et Stevie Wonder qui donnera naissance au clavier synthétiseur et par la même à un nouveau genre musical. La liste est longue, l’encodage de l’information via des cartes perforées (principe qui donnera plus tard IBM), sms, mail, livre audio…

La conception universelle appliquée à la co-conception

Au-delà du respect de la réglementation en rigueur, intégrer dans son processus de conception les démarches de co-conception avec les personnes en situation de handicap permet d’intégrer les enjeux d’accessibilité mais aussi de confort d’usage bien en amont de la mise sur le marché d’une solution. Cela évite l’ajout tardif d’alternatives ou de compensations qui n’auraient pas été à la base conçues en prenant en compte les besoins de certains usagers.

Penser une utilisation de A à Z

La qualité d’usage d’une application ou d’une solution numérique ne se joue pas qu’au moment de son utilisation. Il est essentiel de penser également aux phases qui précèdent et qui suivent l’utilisation d’un service numérique. Par exemple, se demander :

  • Comment peut-on télécharger l’application, où la retrouve-t-on, comment est-elle présentée ?
  • Une fois téléchargée, est-elle facilement identifiable dans le smartphone ?
  • La navigation et l’utilisation de l’application sont-elles aisées ?
  • Le service proposé est-il utile aux personnes, s’inscrit-il dans leur quotidien ?
  • Ne pas négliger la phase de réception d’email de confirmation ou de notifications

Une chaîne d’usage qui ne serait que partiellement travaillée reviendrait à concevoir à un logement adapté mais au 5ème étage d’un immeuble sans ascenseur.

Équipements et alternatives

Tous les usagers n’utilisent pas un smartphone, certains sont plus à l’aise avec une tablette ou un ordinateur. Rappelons également que les usagers n’ont pas tous des téléphones dernier cri.

Deux points d’attention peuvent être notés :

  • La solution développée doit s’adapter aux appareils des usagers (ordinateur, tablette, smartphone, aides techniques…)
  • La solution doit s’adapter aux différents systèmes d’exploitation et à leurs versions antérieures.

Lorsque l’on parle d’accès au numérique, bien sûr, des enjeux forts se distinguent autour de la notion d’interface. Il ne faut cependant pas oublier que certaines solutions numériques ou applications peuvent demander une gestuelle particulière, par exemple, le fait de se prendre en photo ou de poser un casque de réalité virtuelle sur sa tête. Ce sont des actions qui peuvent être difficiles à réaliser pour des personnes présentant un trouble moteur des membres supérieurs par exemple.

Simplification des interfaces, fausse bonne idée…

Solution accessible ne veut pas nécessairement dire interface « ultra » simplifiée. Certains produits numériques à destination des personnes âgées, par exemple, une tablette avec une interface numérique spécifique, génèrent des difficultés d’usages à plusieurs niveaux :

  • Les options sont difficiles d’accès, la simplification a pour conséquence des boutons « paramètre » qui ne sont plus mis en avant. Les personnes ne peuvent plus gérer leurs préférences.
  • Les potentiels aidants se sentent perdus car l’interface ne reprend pas les codes qu’ils connaissent.

Il convient donc de faire attention à la simplification qui amène à la suppression d’éléments et de plutôt viser la conception de solutions intuitives.

L’enregistrement du Webinaire est à retrouver ici : https://youtu.be/oQexwSmrtMI

Catégories
Applications iOS Communication Alternative et Améliorée (CAA)

L’empreinte de sa voix dans TD Talk

Développée par la société suédoise Tobii Dynavox, TD Talk est une application de communication textuelle destinée aux utlisateurs de CAA maîtrisant le langage écrit.

Retrouver une voix, retrouver l’essence de sa voix

Sur iPad ou TD Pilot, il était jusqu’alors possible d’associer une voix de synthèse Apple au texte que l’on veut communiquer.

Aujourd’hui, on peut importer la voix personnalisée de l’utilisateur dans TD Talk. Cette voix peut être enregistrée dans « my-own-voice » du groupe acapela.

my-own-voice est un service permettant la création en ligne de sa propre voix numérique : une technique aujourd’hui accessible aux personnes avant une perte prévisible de la parole consécutive à une opération (laryngectomie), ou suite à une maladie neurodégénérative comme la sclérose latérale amyotrophique.

L’utilisation de my own voice dans TD Talk est gratuite (essai) pour 3 mois

Aussi, mais pas encore disponibles en français, Model Talker et The Voice Keeper sont compatibles avec l’application.

D’un appareil à l’autre

Il est possible de garder sa prédiction de phrases et de mots d’un appareil à un autre en se connectant au store avec son Apple ID et en faisant la sauvegarde.

Ensuite, si on change d’appareils, on se reconnecte avec son Apple ID et on retrouve ses prédictions de phrases. Suivez le guide.

Liens utiles

Catégories
Accès à l’ordinateur Commande oculaire

InControl, contrôler Windows depuis Mind Express 5 avec une commande oculaire

L’information est récente, a fait l’objet d’un court communiqué agrémenté d’une vidéo en anglais (pas encore de documentation).

Présentation en vidéo

Depuis la roue dentée de la vidéo hébergée sur Youtube, activez la traduction sous titrée en français.
La vidéo commence en montrant ou et comment télécharger gratuitement l’application InControl pour Mind Express 5 depuis le site : https://mindexpress.jabbla.com/en/download/incontrol-fr/ avant de poursuivre par une démonstration.

 

IControl se présente sous la forme d’un bandeau latéral comportant les principaux outils accessibles en session de travail : accès aux fonctions clic, défilement de pages sur documents et internet, accès à un clavier virtuel (affiché en mode Qwerty dans la vidéo, mais disponible en version Azerty).
La vidéo se poursuit en montrant comment déplacer la barre d’outil ou la masquer temporairement pour visualiser un document en mode plein écran, comment utiliser la fonction zoom pour accéder à des cibles de petites tailles.
Le menu Setting est ensuite présenté, permettant à l’utilisateur de lancer un nouveau calibrage, de modifier l’apparence de la fenêtre, de modifier le comportement du curseur…
Une partie importante concerne l’outil d’édition de la barre d’outils, qui permettra de créer des menus et sous menus composés de boutons personnalisés qui regrouperont des actions utiles dans certaines activités, logiciels ou applications web.

Fabricant : https://www.jabbla.com/fr

 

 

 

remonter en haut de page